Histoire de conspirer : quelle recette pour un bon complot ? [1/3]

Le complot est le mot magique qui permet à certains de tout expliquer. Pour d’autres, ce n’est qu’un fait au même rang que le contrôle des médias, le spiritisme, l’astrologie et le « c’était mieux avant ».

Le complot ne date pas d’hier puisque des complots et des conjurations existent déjà depuis l’Antiquité. Le plus célèbre – et aussi le plus utilisé comme justification des théories du complot – est probablement le complot qui a abouti à l’assassinat de Jules César aux ides de mars 44 avant Jésus-Christ. Parce qu’il concerne une cause politique, parce qu’il a abouti à un meurtre, parce que le tout fut secret et bien caché, parce qu’il a réussi, ce complot est l’argument parfait du théoricien.

Pourtant, différence majeure, cette conjuration, nous en avons des preuves tangibles et exploitables. D’ailleurs, ces preuves sont telles que personne ne réfute ce complot. Comment expliquer alors cette différence de traitement entre les complots que les gens admettent et les complots dont personne ne veut admettre l’existence ?

Voyons ce qui fait un bon complot et ce qui permet de valider les théories du complot. Essayons ainsi dans un premier temps de comprendre les mécanismes des théories du complot, comparativement aux complots historiques. Petite confidence d’un illuminati sur la manière de faire un bon complot pour parvenir à ses fins.

Illuminati complot

Complot réalité ou fantasme ?

C’est quoi un complot ?

Qu’on le nomme complot, conjuration ou autre chose, il existe une réalité historique derrière ce terme. Le terme de conspiration vient du latin conspiratio qui signifie union, accord avant de donner le sens de complot dont l’étymologie est plus confuse.

On désigne au travers de ces termes une idée générale qui se compose de divers éléments :

  • Un secret, quelque chose de caché ou de mensonger, trompeur.
  • Une portée ou un objectif politique, de plus ou moins vaste ampleur à accomplir.
  • Un ensemble de personnes à l’oeuvre par un accord commun.
  • Une volonté de changement social, politique, de domination.

On trouve trace de nombreux complots dans l’histoire. Il serait trop long de tous les relever mais on peut citer pêle-mêle quelques cas intéressant :

Loin des théories, les complots font partie intégrante du passé humain et il faut bien saisir que personne ne remet en cause l’existence des complots. Au contraire même, cela tomberait sous le coup du négationnisme que de prétendre que les complots n’ont jamais existé.

Cependant, cela n’explique en rien pourquoi il existe des idées de complot rejetées par les scientifiques ni même quelles différences peuvent exister.

Alors, c’est quoi une théorie du complot ?

Souvent utilisé, souvent galvaudé, le terme de théorie du complot n’est pas si simple à comprendre. On désigne par ce terme plusieurs éléments :

  • Un modèle explicatif basé sur l’idée d’un complot en cours.
  • L’idée de secret dans notre société à un quelconque niveau.
  • L’idée qu’on nous ment, nous manipule
  • Une réflexion accumulant les coïncidences comme n’étant pas des coïncidences.
  • L’idée que la vérité ne nous est pas mise à disposition de manière systématique.

On peut également reprendre la définition qu’en donne Karl Popper :

C’est l’opinion selon laquelle l’explication d’un phénomène social consiste en la découverte des hommes ou des groupes qui ont intérêt à ce qu’un phénomène se produise (parfois il s’agit d’un intérêt caché qui doit être révélé au préalable) et qui ont planifié et conspiré pour qu’il se produise.

Il y a plusieurs variantes distinctes mais en partant de cette base il est plus facile de comprendre de quoi il est question.

Manipulation illuminati - Notions d'Histoire
Vous aussi venez jouer eu jeu de la manipulation et de la théorie du complot ! Pas de perdants ! Une victoire à tous les coups !

Au niveau des domaines, les théories du complot visent tous les champs réflexifs sans exception :

  • Le domaine de la Santé et des médicaments est touché avec Big Pharma ou l’agriculture avec Monsanto.
  • Le politique, l’économie, les relations internationales avec le nouvel ordre mondial les Illuminati (ça c’est nous <3), l’Opus Dei, le complot judéo-maçonnique…
  • Le domaine historique est ciblé par le récentisme et la théorie des anciens astronautes entre autres joyeusetés.
  • Du côté des sciences plus dures on trouvera des complots en lien avec la numérologie, l’astrologie entre autres petites douceurs folklorique, à côté de la Terre plate par exemple.
  • Le lobby gay pour les intolérants rétiniens au rose.
  • Des événements comme le 11 septembre 2001, la mort de personnalités comme Coluche, Balavoine, JFK, Lady Diana.
  • Des faits plus globaux comme le réchauffement climatique ou le SIDA seraient aussi des complots de la part de gouvernements. Je vous jouerais bien de la HAARP par-dessus tout ça mais bon…

Il serait trop long de faire une liste exhaustive des différentes théories mais l’essentiel est de pouvoir se faire une bonne idée du type de phénomènes.

Qu’est-ce qui peut faire la différence ? On peut prouver un complot. On ne peut en revanche pas prouver que quelque chose n’existe pas. L’essentiel du débat tourne donc autour du statut de la preuve.

La valeur de la preuve : le point de divergence entre complot et théorie du complot.

Ce qui différencie l’un de l’autre, c’est la question de la preuve. Les complots sont des faits pour lesquels nous avons des preuves tangibles, des faits avérés.

Dans le cas des théories du complot, les preuves n’ont toujours pas été apportées. Cela pose déjà une énorme différence, source d’un désaccord profond entre les deux camps. Les sceptiques versus les croyants du complot.

I will fox your conspiracy theory - Notions d'Histoire
Une partie de l’argumentation conspirationniste repose sur la soi-disant présence de signes et de symboles récurrents que l’on trouverait un peu partout. Ce sont pour eux « des preuves » qu’un complot est bien à l’oeuvre. Ce genre d’argument n’a aucune valeur comme on peut le voir ici. Nous nions donc être à l’origine du billet de un dollar malgré les signes évidents. Cordialement.

Mais l’autre souci autour de la preuve, c’est que les deux camps n’y apportent aucunement le même sens et encore moins la même valeur. Si la preuve et ses différents niveaux de valeur sont bien définis et encadrés dans la méthode scientifique, il n’en est pas du tout de même du côté des croyants.

Chez ces derniers, ce qui fait une preuve est plus lâche et fluctuant. Cela oscille entre les coïncidences, les faisceaux d’indices ou encore la preuve déjà déconstruite. Parfois il s’agit également d’utiliser l’absence de preuve comme étant une preuve en soi. Ce qui n’est pas sans causer des désagréments.

Complot - calvin et Hobbes - Notions d'Histoire
Quand l’absence de preuve devient la preuve du complot à l’oeuvre. Une mise en exergue d’une mécanique complotiste chez Calvin et Hobbes.

En somme ?

Complot historique et théorie du complot sont très proches sur le papier. Cette proximité sert le flou que certains utilisent pour vendre les théories du complot.

Là où on insiste sur la preuve et la véracité en Histoire, la théorie quant à elle ne fonctionne pas sur ce principe. C’est ce qui explique la difficulté de ses propres tenants à convaincre des spécialistes. C’est également par ce fait que les théories perdurent souvent sous la même forme, sans évoluer depuis leur origine.

Il y a pourtant au-delà de la preuve une complexité qu’il convient de saisir. Une théorie du complot se distingue par son absence de preuve formelle qui la relègue au rang de simple croyance. Toutefois, cette croyance se dissimule habilement par plusieurs mécanismes sur de soi-disant preuves. Les tenants du complot sont ainsi persuadés qu’ils ont une approche rationnelle et logique.

S’il est difficile de convaincre un spécialiste, il est en revanche beaucoup plus simple de séduire par une stratégie de communication fine et subtile. C’est sur cette stratégie que nous nous focaliserons prochainement, notamment en étudiant plus en détail certaines théories « historiques ».

Il faut aussi noter qu’il y a également un autre élément qui perturbe cette histoire de théorie du complot. C’est le comportement de certains de taxer un intervenant directement de théoriciens du complot dès lors qu’une conspiration est formulée au sein d’une hypothèse. Comme beaucoup de termes galvaudés et comme avec le point godwin, c’est une manière de discréditer un intervenant sans s’intéresser à ses propos.

S’interroger sur la possibilité d’une conjuration ne suffit pas à parler de théorie du complot. C’est plus compliqué que cela car les théories du complot ont une structure bien précise et particulière. Structure que nous décortiquerons dans la suite.

Mais tout s’enchaîne beaucoup trop bien dans cette conclusion pour n’être qu’une simple coïncidence. Je subodore un complot.

P.S : Pour une fois, les lectures complémentaires ne seront qu’en dernier article.

Publicités

8 réflexions sur “Histoire de conspirer : quelle recette pour un bon complot ? [1/3]

  1. La Nébuleuse 27 juillet 2018 / 8 h 21 min

    Ah j’ai beaucoup aimé cet article, c’est très pédagogique ! Par contre je crois qu’il y a une réticence chez une grande partie des sceptiques à utiliser le terme de « théorie du complot », parce que la « théorie » appartient au champ scientifique et suppose qu’on puisse essayer de la vérifier, de l’infirmer ou de l’infirmer, bref la confronter à un protocole scientifique. Si elle est impossible à infirmer ou confirmer et qu’elle relève du champ de la croyance, ce serait davantage un « scénario complotiste »

    J'aime

    • Ardes 27 juillet 2018 / 10 h 44 min

      Bonjour et merci pour le retour positif ! 😉

      Il y a une réticence en effet. J’ai cependant choisi de reprendre le terme de « théorie » ici parce que c’est le vocabulaire du grand public et l’appellation sous laquelle on connaît le conspirationnisme. De plus, on va s’apercevoir dans le second article que c’est loin d’être une théorie au sens scientifique justement. 😉

      Cependant, j’avais déjà fait auparavant un article pour appuyer sur les spécificités de la théorie et de l’hypothèse si jamais il y a besoin.

      Cordialement.

      Aimé par 1 personne

      • La Nébuleuse 27 juillet 2018 / 11 h 39 min

        Oui je comprends, l’accessibilité est un point important aussi 🙂

        Aimé par 1 personne

  2. mael nathan 11 janvier 2019 / 14 h 26 min

    Le complot qui correspond à la fois à la réalité historique et à votre beau travail, est paradoxalement, le complot nazi!
    On retourne le génocide contre les victimes, le peuple allemand! Le complot juif, lui, n’a pas besoin de preuve, la preuve du complot c’ est l’absence de preuve.
    Le fantasme de l’explication totale, qui préfère les illustrations « tiens c’est un coup des Sionistes » ou le « à qui profite le crime? ». La conséquence supposée démontre une cause qui explique tout. Un raisonnement à l’envers.
    J’ai tenté d’expliquer, par des faits les absurdités et erreurs volontaires, sophisme, rhétorique biaisée. Sur youtube en dessous de Soral, qui ment avec un certain talent. Brandissant des bouquins (citant des numéros de page, quand le livre est réédité cela ne veut rien dire), ça marche.
    ¨Personne ne me répond sur le fond, que des insultes. Quand il y a moyen je leur met un lien contredisant (c’est facile ses thèses datent des années 60 ou du XIXème). Même expliquer que le Talmud ne dit pas de violer des Chrétiennes, que les Juifs n’ont accédé aux loges maçonniques qu’en 1830, sous la monarchie, et la grande loge présidée en 1789 par le frère du roi, rien à voir avec la Révolution est impossible. Soral doit le savoir, comme Faurisson, pris en flagrant délit de trucage.
    Mais non, ils préfèrent croire que c’est vrai alors qu’en un clic ils trouvent les faits.
    Eux qui critiquent une manipulation, version officielle, opposée à la Vérité, ne connaissent pas ce consensus historique basé sur des travaux d’historiens. Ceux-ci sont vendus sauf quand ils sont d’accord avec eux, il y en a très peu (mais les réactionnaires sont très présents à l’Université), ils les mettent en valeur. Un prof de droit d’ER explique que la théorie complôtiste est un complot juif!
    Pour moi le racisme est une passion, qui a besoin de justification et surtout d’un tuteur Kulturel à sa haine. Nul besoin que les Protocoles soient vrais puisqu’ils disent vrai. Le Hamas le dit aussi comme beaucoup.
    Les « têtes » arrangeront leurs connaissances, guidés par la passion, l’obsession, jusqu’à se définir comme goy! Suis-je un « non chrétien »? Misère du vide identitaire qui ne va pas boire à sa source mais l’empoisonne pour accuser les Juifs. Ces gens ont peur de n’être rien, alors ils tentent, au moins de ne pas être l’autre.
    Vérifier, non, esprit critique, pas de sites suce-juif. Mais devant Sa Majesté, on gobe tout et croit sincèrement (lui non) ce qu’il dit, tout cru. Soral Président. Ca va loin, et impossible de discuter. Sauf un qui m’a demandé des infos sur le Talmud. Alors des sites simples non.
    J’ai fini par rédiger un petit explicatif de ce qu’est et n’est pas le Talmud. Pour débunker Soral sous chacune de ses vidéos il faudrait reprendre phrase par phrase, puis commenter en passant les extraits. Mais en parlant ou face caméra. Ils disent tous lire, mais font di fote parre frase, donc une vidéo.
    Même si je pourrai le faire (écrire, parler, sourcer) je ne sais pas utiliser youtube.
    Peut-être quelqu’un voudrait m’aider pour que chaque fois qu’un gamin surfe sur la connerie, qu’il aie un rappel des faits (insuffisant) et un debunk vidéo, plus efficace. Avez vous d’autres idées?
    merci pour le site!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s