[Négationnisme 2] – Démarche hypercritique

Le génocide étant défini précisément, l’une des démarches du négationnisme va être de réfuter certains traits de la Shoah pour le faire sortir du cadre du négationnisme. Il est alors question de retirer la volonté d’extermination ou la systématisation par exemple.

L’idée est ici très simple : si l’une des trois conditions du génocide n’est plus remplie alors ce n’est plus un génocide.

Comment donc procéder pour cela ? En utilisant la démarche hypercritique consistant à tout remettre en cause systématiquement. Vous voulez des explications ?

doute - hypercritique - Notions d'Histoire

Démarche hypercritique, qu’est-ce ?


C’est une méthode d’argumentation qui consiste à critiquer. « No shit Sherlock » me diront certains.

En fait, la méthode hypercritique consiste à critiquer de manière systématique et excessivement minutieuse tous les détails d’une affirmation. Cela vaut aussi pour les sources de cette affirmation.

Différente de l’esprit critique – bien que ses utilisateurs s’en réclament – la démarche hypercritique revient à analyser de manière suspicieuse et à charge certains détails pour disqualifier, nier ou réfuter l’intégralité d’une thèse ou d’une affirmation. L’idée est de critiquer excessivement pour rejeter un propos alors que les éléments de preuves ne sont pas négligeables.

Cette méthode de critique peut être résumée comme la mise en pratique d’un doute sans limite. On retrouve cette démarche dans des domaines comme le créationnisme, l’intégrisme, les crimes historiques, et bien sûr, le négationnisme. Le complotisme et le récentisme sont également de grands utilisateurs de cette démarche. C’est aussi ce qui est reproché à la thèse mythiste ou l‘Origine de tous les cultes de Charles Dupuis.

Pour faire simple, l’approche hypercritique vous demande les sources de votre affirmation. Puis les sources de cette source, puis les sources de ces sources et ainsi de suite.

L’hypercritique est donc une méthode facile et rapide à appliquer. En revanche, pour celui qui la subit, elle est difficile à contrer car elle demande un énorme travail énergivore de recherches et de vérifications. Henri-Irénée Marou définit l’hypercritique comme « une obstination dans l’incrédulité ». Raymond Aron quant à lui conclut à ce propos que  » nous touchons au fond : la vérité historique n’est valable que pour ceux qui veulent cette vérité. »

Dans le cas présent de Dachau


Dans le document fourni (cf négationnisme 0), l’hypercritique est omniprésente :

  • Le cas de Dachau est choisi à dessein car il est polémique dans la communauté historienne. Il est donc plus facile de faire douter qu’en prenant un cas comme Auschwitz.
  • L’auteur émet un doute systématique pour rejeter la valeur démonstrative des témoignages concordant en utilisant les détails de certains témoignages.
  • L’auteur relève des points contradictoires en petit nombre pour conclure finalement que toute la thèse est fausse. Un classique hypercritique.
  • Le document est intégralement à charge. Il s’agit d’une suspicion mise en avant sur le sujet traité. Sans que l’on traite à aucun moment des raisons valables de douter. Par exemple, on ne confronte jamais le nombre de sources concordantes face au nombre de sources contradictoires.
  • Les preuves sont totalement négligées pour se focaliser uniquement sur les détails et le doute.
Raptor - critique.jpg
Parce qu’il s’agit d’une réflexion à charge qui ne saurait se remettre en cause.

En somme ?


Le document peut de prime abord sembler cohérent. Il peut même paraître fiable et les questions qu’il pose pourront paraître légitimes. Cependant, avec une simple analyse de la méthode utilisée, on se rend compte qu’il s’agit d’hypercritique. On ne peut donc pas accorder de crédibilité aux propos du fait de l’absence de fiabilité de la méthode employée.

En plus des choix totalement orientés qui fonctionnent à charge contre l’Histoire, on constate facilement qu’il n’y a pas de dialogue ni même de démonstration ou d’argumentation réelle.

Bien qu’il puisse sembler possible d’argumenter sur certains points, on constate qu’il n’est question que d’un rejet de tout ce qui déplaît à l’auteur. Le but étant de jeter suffisamment de propos en pagaille pour provoquer un doute ou le discrédit sur les arguments que l’on vise. Une technique fondamentale chez le négationnisme mais qui se retrouve dans tous les courants malhonnêtes.

Paradoxalement, le négationniste est certain de faire preuve d’esprit critique, ce qui peu conduire à ds situations conflictuelles fortes lors de la tentative de dialogue. On se heurtera alors souvent à une infra-critique :

On se retrouve alors face à un paradoxe inextricable au sein duquel rien ne peut être tenu pour acquis (hyper-critique), tout n’est que faux-semblants, rideaux de fumée et théâtre d’ombres, si ce n’est l’hypothèse irréfragable du complot (infra-critique) qui débouche irrémédiablement sur la formulation d’une pseudo-critique accusatoire.

Étudier les théories du complot en sciences sociales : enjeux et usages‪, Julin Giry.

Peut-on lutter ? Non, le propre de la démarche hypercritique consiste dans la capacité à nier tout ce qu’on peut lui présenter en inversant la charge de la preuve. Au mieux, on peut espérer recentrer le débat en rappelant la méthode scientifique et en demandant des preuves. Mais il ne faut pas avoir beaucoup d’espoir.

Si on pousse un peu plus l’analyse, on se rend vite compte que l’on a à faire à une critique systématique, ne s’intéressant pas du tout à apporter des preuves. Cette critique suit une logique de type « château de cartes ». Étrange coïncidence, c’est le sujet du prochain article.

Pour en savoir plus sur le sujet :


  • Une page du site du PHDN est intégralement consacrée à cette méthode hypercritique. Je recommande en prime de jeter un œil à la bibliographie à la fin.
  • La vidéo de la Tronche en Biais sur le sujet en intéressera plus d’un, ainsi que l’article dédié au sujet de l’hypercritique.
  • Dans Les racines du négationnisme en France qui fait un retour chronologique sur le négationnisme et ses discours, un des points importants est la mise en place de la démarche hypercritique qui vient radicalement changer l’aspect du négationnisme. Un article important pour comprendre en profondeur la méthode des discours négationnistes.
  • La démarche hypercritique est très présente dans les mécaniques complotistes et il faudra chercher du côté des écrits sur ce sujet pour approfondir sa compréhension du négationnisme :
    • Ma série d’articles sur le complotisme pourra aider.
    • Pour avoir de bonnes bases, je recommande la lecture de Véronique Campion-Vincent, La société parano. Théories du complot, menaces et incertitudes [2005], Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2007.

Un like, un partage c’est du soutien pour lutter contre le négationnisme. Tu peux aussi me soutenir sur Tipeee pour que je continue à faire des articles.


 

Publicités

2 réflexions sur “[Négationnisme 2] – Démarche hypercritique

  1. Aurélien Mattiussi 2 avril 2019 / 16 h 01 min

    Première phrase : « Le génocide étant défini précisément, l’une des démarches du négationnisme va être de réfuter certains traits de la Shoah pour le faire sortir du cadre du négationnisme. »

    « pour la faire sortir du cadre du génocide » non ? Ou alors j’ai rien compris à cette phrase ^^

    J'aime

    • Ardes 2 avril 2019 / 21 h 29 min

      Je pensais que la phrase serait plus clair.

      Oui, il s’agit de retirer certains aspects de la shoah pour faire en sorte qu’il ne s’agisse plus d’un génocide.

      Et ce faisant, critiquer la Shoah ne relèvera plus du domaine du négationnisme mais pourra passer pour du simple révisionnisme académique.

      Ce qui explique par exemple le fait que les négationnistes se disent révisionnistes d’ailleurs.

      Est-ce plus clair ?

      Désolé de la possible confusion.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s