De Hannah Arendt à la haine sur les réseaux sociaux en passant par les Incels : la déshumanisation. [3/3]

Complexe mais logique, le processus de déshumanisation comporte en lui-même les germes d’une violence qui se teinte du banal. Très utilisé dans les réflexions idéologiques, comme le racisme, le sexisme, ou encore dans les mouvements radicaux. À titre d’exemple, certains militants végans font ainsi de la déshumanisation sans forcément s’en rendre compte. Certains de défendre une cause juste, ils s’estiment progressivement au-dessus de ceux qui n’adhèrent pas à cette cause. « Comment pouvez-vous manger de la viande ? » est une interrogation classique intervenant dans ce genre d’échanges.

La question posée interroge sur les pratiques de certains. En réalité, elle est surtout jugement et mise en avant d’une déshumanisation non-exprimée directement. Il ne s’agit plus de savoir pourquoi ou comment. Il s’agit de confronter et d’essayer de faire comprendre qu’il est inhumain d’agir ainsi.

Déshumanisation - Agent smith - Notions d'Histoire
L’exemple parfait de l’intervention déshumanisante qui sera suffisamment parlante pour tout le monde. Si vous croisez un remake de l’agent Smith, lisez la suite de l’article pour avoir les solutions de lutte !

« Vous rendez-vous compte du monstre que vous êtes ? » est en fait la réelle question. La déshumanisation est présente et il conviendrait de désamorcer la chose du mieux que l’on peut.

Lire la suite

Publicités

De Hannah Arendt à la haine sur les réseaux sociaux en passant par les Incels : la déshumanisation. [2/3]

S’intéresser à la déshumanisation, c’est s’intéresser à la perte de l’humanité chez l’adversaire. Mais on parle d’adversaire. Parce qu’on oppose réflexivement des groupes entre-eux. « Moi contre toi » ou « Nous vs Eux » deviennent les seuls marqueurs réflexifs qui organisent la manière de penser déshumanisante.

Composant essentiel du processus de déshumanisation, ce clivage est mis en place de manière systématique. Pour comprendre la culture de la haine et la difficulté à débattre sainement en ligne, il faut donc s’intéresser à ce phénomène clivant. C’est ce phénomène qu’il convient de saisir correctement car c’est celui qui est l’axe central de la pensée déshumanisante. Sans clivage social, la légitimation de la violence n’est pas possible.

Voyons donc comment ce mécanisme de clivage toujours à l’oeuvre fonctionne et comment il nourrit à son tour les autres mécanismes de ce processus complexe qu’est la déshumanisation. Cela devrait nous permettre un éclairage plus que bienvenu sur des phénomènes comme le slut-shaming par exemple.

Lire la suite

De Hannah Arendt à la haine sur les réseaux sociaux en passant par les Incels : la déshumanisation. [1/3]

Pourquoi est-il si difficile d’avoir des débats sains ? Pourquoi Twitter et Facebook sont-ils devenus des vecteurs de haine ? Comment les réseaux sociaux sont-ils devenus ces places d’affrontement des idées et des personnes ? Comment se fait-il que les individus puissent s’opposer si radicalement, si violemment que toute discussion devient impossible ? Comment comprendre le terrorisme, le cyberharcèlement ou encore les actes récents des Incels ?

Quand on y regarde de plus près, cette utilisation de la haine et cette manière clivante de s’opposer ne sont pas nouvelles. Elles résultent de certains mécanismes  proches de ceux des biais cognitifs. Entravant notre esprit critique comme une barrière mentale, ces mécanismes  sont liés à ce que l’on nomme le processus de déshumanisation. Lire la suite

La science est-elle porteuse d’idéologie ? – le phénomène de l’agent social [3/3]

Instrumentaliser l’Histoire et les sciences, modeler le présent : comment éviter cette dérive ? Est-ce seulement possible ? En fonction de quoi ? Je vous propose de voir cela ensemble en 3 étapes simples et accessibles. Enfin, nous verrons comment réduire la pression sociale qui pèse parfois sur le scientifique et contre laquelle, il n’est pas forcément bien préparé.

Lire la suite

La science est-elle porteuse d’idéologie ? – le phénomène de l’agent social [2/3]

Quelle place pour l’historien ? Quelle place pour les sciences humaines ? Comment éviter l’agentification sociale mais aussi la fermeture rigoriste ?

Si nous avons vu peu avant ce qu’était l’agentification sociale et ses écueils, il n’en demeure pas moins que cela se présente comme une sorte de critique uniquement négative. Cette première partie n’exprime finalement que les dangers et les problèmes. Elle ne fournit ni solution ni réflexion positive. Merci pour l’anxiogène et la négativité en somme. Voyons donc justement ce qu’il est possible de faire pour remédier à cela.

Lire la suite

La science est-elle porteuse d’idéologie ? – le phénomène de l’agent social [1/3]

En France, nous avons une tendance fréquente à confondre science, production scientifique et idéologie. Il n’est pas rare que cette tendance nourrisse bon nombre de réflexions. L’une d’entre-elles est la suivante : la science est-elle porteuse d’idéologie ?

Derrière cette interrogation, beaucoup y voient un mouvement dialectique entre pratique scientifique et idéologie dans le sens où pour ceux-ci, il ne s’agit que d’un problème de champ de réflexion. Pourtant la question semble mal posée au point que l’on oublie pour une très large part qu’il s’agit bien plus d’un problème de la personne pratiquant la science que de la réflexion en elle-même. Qu’est-ce à dire ?

Lire la suite

Notion 8 : la définition c’est quoi ? Comment construire une pratique réflexive ? [2/2]

Si nous avons vu que la définition est un outils puissant et démesurément utile pour ce qui relève de la construction individuelle et de la perception-compréhension de l’environnement de chacun, nous avons aussi pu saisir que cela ne saurait être une fin en soi. En effet, définir pour ne saisir que son environnement et communiquer avec ses proches s’avère finalement assez limité comme fonction. C’est pourquoi après ce stade réflexif, lorsque l’on s’intéresse à tout ce qui relève de l’abstrait ou des phénomènes complexes sans représentation physiques, la définition prend une tout autre dimension. Il ne s’agit plus de quelque chose qui va concerner seulement un ou quelques groupes d’individus de manière isolé. Il s’agit dorénavant d’un outils qui vise l’universalité.

Lire la suite

Notion 8 : la définition c’est quoi ? Comment construire une pratique réflexive ? [1/2]

Dans la série des outils de l’historien, je demande la définition.

Bien que ce soit la base de toute recherche, c’est paradoxalement l’outil le moins bien maîtrisé. Définitions incomplètes, bancales, qui régissent des livres entiers. Cadres temporels et géographiques imprécis ou non pris en compte fournissent en conséquence des erreurs nombreuses. Evitables, ce sont des écueils qui parsèment pourtant les écrits des historiens, y compris au plus haut niveau. Comment peut-on raisonner correctement quand les bases de la réflexion sont tronquées ?

Lire la suite

D’où vient le café ? Histoire, origines et anecdotes historiques [3/3]

Origine comprise avec la première partie. Développement et mondialisation abordés de manière thématique dans un second temps. Il ne manque plus qu’une série de réponses aux questions que j’avais émise au tout début, dans la première partie. Ça tombe bien car c’est dans cette dernière portion d’article que nous allons voir ensemble plusieurs anecdotes historiques autour du café. Sans vouloir m’avancer, je présume que certaines vous seront inconnues. Entre surprise et banalité, voici quelques anecdotes historiques « fortes de café » pour finir d’achever votre révolution culturelle sur votre tasse matinale.

Lire la suite

D’où vient le café ? Histoire, origines et anecdotes historiques [2/3]

Si nous avions vu dans la partie précédente quelques points sur le café pour ensuite nous intéresser aux origines de cette boisson, il est temps maintenant de poursuivre afin de saisir les étapes qui vont nous mener à l’état actuel de la caféiculture et de la première boisson mondiale, derrière l’eau. Les étapes historiques et les mutations qui s’opèrent autour du café et de sa culture permettent de comprendre que, derrière la transition de l’époque moderne à notre société actuelle, c’est aussi le phénomène de la mondialisation que nous pouvons mieux comprendre. Le rôle des colonies mais aussi des aléas historiques vont profondément marquer la caféiculture et faire évoluer la vision sur le café. C’est ce que je vous propose de voir ensemble dans ce second temps.

Lire la suite